François Alfonsi, la stratégie européenne de la Corse

Written by Published in News

Décembre 2015, les nationalistes corses remportent une victoire historique aux élections territoriales en Corse, battant nettement la gauche sortante et la droite victime de ses divisions. La liste« Per a Corsica » (Pour la Corse), issue de la fusion au second tour des autonomistes (17,62% au 1er tour) et des indépendantistes (7,72%), a obtenu 35,34% des voix.

Per a Corsica de Gilles Siméoni obtient donc 24 sièges dans la nouvelle assemblée, la gauche de Paul Giocobbi 12 sièges, la droite de José Rossi 11 sièges et le FN 4. « Volonté profonde d’une véritable alternative »« C’est la victoire de la Corse et de tous les Corses », a déclaré le chef de file nationaliste Giles Simeoni, à l’annonce des résultats. Sa victoire a été acclamée par les cris et les chants de milliers de partisans et sympathisants agitant des drapeaux corses blancs à tête de Maure dans les rues d’Ajaccio, de Bastia et des autres villes de l’île.

M. Simeoni, qui avait été élu l’an dernier maire de Bastia, a ajouté que cette élection illustre « une volonté profonde d’une véritable alternative, une soif de démocratie, de développement économique, de justice sociale ».

174010e6ef28b003530b1c760679389066242139

François Alfonsi, ancien député européen et président de l’Alliance Libre Européenne sera présent ce samedi 24 septembre à la Dintrada. L’occasion pour lui d’intervenir sur deux sujets qui lui tiennent particulièrement à coeur. 

Dans le débat sur la place des régions en Europe, il devrait rappeler la nécessité de l’union des forces des régions qui souhaitent retrouver leur autonomie pour récupérer plus de démocratie. Il déclarait récemment ceci sur corsenetinfos.corsica à propos de la nécessité d’une stratégie européenne pour la Corse :

Pour garantir notre démarche, nous sommes obligés de continuer à avoir une stratégie européenne forte, d’être en mesure de nous coaliser avec nos amis écossais, catalans, basques, flamands… et tous ceux qui portent des revendications de même nature que la nôtre. Nous devons, ensemble, porter le message que nous sommes des peuples d’Europe, que l’Europe n’a rien à craindre du peuple corse, du peuple basque, du peuple catalan, et encore moins du peuple écossais… comme les élections du Brexit l’ont récemment montré. L’Europe a tout à craindre du repli des Etats sur eux-mêmes et d’une vision hyper-nationaliste française, espagnole, britannique, hollandaise ou danoise qui finirait par la démembrer. La victoire des mouvements comme le nôtre serait une victoire pour l’Europe.

Débat samedi 24 septembre à 14h. Entrée gratuite.

francois-alfonsi-autonomiste-corse-et-depute-europeen-sortant-eelv_4887541

François Alfonsi interviendra ensuite sur la démocratie territoriale aux côtés de Christian Troadec, candidat à l’élection présidentielle, à propos duquel il déclarait ceci :

Il est, donc, nécessaire de porter un autre message que le message jacobin qui a envahi les partis politiques tant à droite qu’à gauche. Le temps, où l’on pouvait espérer un 1er ministre comme Michel Rocard ou un ministre de l’intérieur comme Pierre Joxe, apparaît, malheureusement, comme révolu. Il faut, donc, obliger les nouvelles forces politiques, qui auront la conduite des affaires à Paris, à entendre un message régionaliste et à ouvrir le dialogue comme cela a été fait en Nouvelle Calédonie et même en Corse à une certaine époque.

La suite donc samedi 24 septembre à 16h15. Entrée gratuite.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *